Carnaval sauvage des Lentillères – Invitation à fabriquer des chars au mois de mai !!!

Salut, hého! 

Le futur et premier carnaval des Lentillères va avoir lieu le jeudi 26 mai, il ouvrira la grande fête des 10+2 ans du Quartier libre des Lentillères. On imagine une ambiance touffue, musicale, animale, colorée, végétale, costumée, masquée, extraterrestre, pailletée, inclusive, décadente, câline, vivante et surtout garnie de magnifiques CHARS fabriqués de bric et de broc et pas que!

Alors, comme on est super bien organisé.e et qu’on a un peu de temps devant nous, on te propose de venir construire un char sur place, aux Petites Lentillères, avec ton crew, ta mifa, qui tu veux quoi!

Un espace pour construire les chars va être installé du côté du terrain de BMX, rue Bertillon.

Il sera couvert, on pourra donc bricoler tranquillement à l’abri de la pluie. 

Ces chantiers auront lieu tous les jours à partir du lundi 02 au mercredi 25  mai, la veille du carnaval et de la grande fête . Tu peux venir quand bon te semble pour aider à la construction des chars , à l’improviste, ou carrément venir proposer la construction d’un char perso!

Quand on parle de chars, tout est possible, des petits comme des grands, des qui se poussent, des qui se tirent, qui se tractent avec un vélo, tant que les lois de la physique le permettent! 

Il y aura un groupe de permanent.es et de coordination qui sera présent à tout moment et qui pourra accompagner techniquement la construction des chars.

Pour l’hébergement il y a un camping, et la possibilité d’être accueilli dans un des collectifs du quartier si des places sont encore libres. 

Pour les repas du midi, du soir, et pour les petits déj’ on demande un minimum de flexibilité, on compte sur chacun et chacune pour apporter de quoi manger ensemble à la mesure de ces besoins. En fonction de la motivation on pourra aussi s’organiser pour faire des repas partagés.

Donc, on est vraiment impatient.es de vous voir et de commencer à construire ces chars, on a déjà plein d’envies et d’idées…alors apportez les vôtres!

Très cordialement

et carnavalement votre!

L’équipe d’organisation du carnaval des Lentillères

Si tu es intéressé.e tu peux nous contacter!

mail: madamecarnaval@riseup.net 

Posted in Non classé | Comments Off on Carnaval sauvage des Lentillères – Invitation à fabriquer des chars au mois de mai !!!

« On la joue toujours collectif »

L’assemblée du Quartier Libre des Lentillères a décidé de répondre à la prise de parole de François Rebsamen lors du dernier conseil municipal. Cette réponse a été envoyée sur l’adresse mail proposée par la mairie. Nous en partageons le contenu ici.

Bravo Monsieur Rebsamen de comprendre enfin l’importance de préserver les terres, après des années de tergiversations. Que de temps perdu ! Il reste encore à comprendre, à vous et vos équipes, que si nous avons pu le faire, c’est grâce à la dimension collective, multiple et entremélée du Quartier Libre des Lentillères. Nous n’avons pas changé d’avis, et comme nous l’avons affirmé en 2019 : « On la joue collectif ! »

C’est bien gentil d’avoir créé une adresse mail pour régulariser au cas par cas les usages, mais encore une fois, nous gérons ouvertement et collectivement les jardins, ainsi que toutes les autres activités du quartier. Il n’y a pas « des individus et des groupes » qui pensent séparément leurs usages, mais la vie d’un quartier qui se pense en assemblée. Le Quartier Libre des Lentillères est une entité, une et indivisible, et la bande de terre que vous semblez continuer de menacer d’urbanisation en fait partie : que faites-vous des parcelles de jardin situées dessus ? Du terrain de BMX ? Du terrain de pétanque ? Du champ des Grandes Cultures ? Des fanfares qui y jouent ? Du fournil ? De la future cantine populaire ? Des habitant·es qui y vivent…? Nous ne parcellerons pas les usages, nous ne ferons pas sans une partie du quartier. On la joue collectif, encore et toujours.

Vous avez apparemment de fausses informations, le quartier n’est pas fermé. Depuis le début, des dijonnais·es et des curieux·es nous rejoignent pour cultiver, pour vivre, pour participer, pour assister à des spectacles ou simplement se promener. Pour rejoindre cette dynamique, nous avons une adresse mail publique de contact (tierraylibertad@potager.org), une assemblée générale et délibérative ouverte à tous·tes et qui se réunit chaque 3ème jeudi du mois, des marchés hebdomadaires à prix libre, une programmation culturelle, des moments de solidarités en tout genre, etc. Et nous avons même une commission qui se charge de coordonner l’attribution des parcelles de jardins individuels !

Alors… drôle d’idée que votre adresse mail et drôle d’idée que de continuer à menacer ces liens et ce qui fait la richesse des Lentillères. Nous réaffirmons une organisation autogestionnaire, faite par les usagères et usagers du lieu, celle-là même qui a permis à ce quartier d’exister encore et de toujours se projeter. Celle que vous proposez est déconnectée de ce qui se vit ici depuis 12 ans.

Nous avons déjà montré que nous n’étions pas fermé.e.s au dialogue avec la mairie/métropole : comme en mai 2021 quand nous avons imaginé et proposé un cadre juridique, la ZEC (Zone d’Ecologies Communale) pour les Lentillères. Vous, par contre, vous nous parlez de négociation en imposant des conditions qui ont un goût amer de menaces. Alors comprenez bien qu’on se méfie un peu…

Allez ! Encore un peu d’efforts, une solution collective ou rien. Il vous faudra apprendre à composer aussi avec les dijonnais·es qui vivent, passent, construisent, cultivent et dansent aux Lentillères. 
Quoiqu’il arrive le Quartier libre des Lentillères, le restera !

L’assemblée des Lentillères, constituée de jardinièr·es, habitant·es, promeneurs·euses, rêveurs·euses, spectateurs·rices, et ami·es.


Posted in Non classé | Comments Off on

« On la joue toujours collectif »

La Fête de Printemps des Lentilleres C’est pour fin Mai!!!

Tadam! 
Malgré la covid, les menaces de la mairie,
et cette ignoble campagne présidentielle
nous avons le plaisir de vous annoncer avec certitude… 

La Futur Fête de Printemps du quartier des Lentilleres,

qui se tiendra du 26 au 29 mai

Baptisée 10(+2) en raison de deux années laborieuses passées sous le signe de la Covid –
nous empêchant par deux fois de fêter les 10 ans d’existence du Quartier Libre des Lentilleres.

Cette année on entamera les hostilités le jeudi 26 MAI (ascension) avec un Carnaval Sauvage, premier du nom à Dijon!


Ensuite, au programme du week-end qui suivra,
qui commencera le vendredi soir,
on peut d’ores et déjà vous confirmer qu’il y aura:

des concerts,
un espace cinéma,

un tournage pour le film collectif des Lentillères,
des discussions,


pleins de cantines amies venues de partout pour nourrir la foule affamée de ce week-end,un espace et des spectacles pour les enfants,
une boum frite le dimanche,et bien d’autres choses encore!

On ne vous en dit pas plus pour l’instant si ce n’est que l’on va passer un chouette moment !!!!

Posted in Non classé | Comments Off on La Fête de Printemps des Lentilleres C’est pour fin Mai!!!

AUDIENCE AU TRIBUNAL POUR LE RECOURS DES LENTILLÈRES CONTRE LE PLUi ET SES ZONES À URBANISER

Jeudi 10 février à 9h30

Rassemblement devant le Tribunal Administratif – rue d’Assas – pour soutenir collectivement le recours des Lentillères contre le PLUI

Si toi aussi tu penses…

Que le maire a abandonné le projet d’écoquartier aux Lentillères, et que c’est louche que les terres soit toujours classées comme Zone À Urbaniser. 

Que si la mairie fait sa com’ écolo en affirmant sauver ces 9ha de la destruction, elle pourrait au moins l’inscrire juridiquement dans son Plan Local d’Urbanisme.

Que tout ça sent un peu l’hypocrisie, et qu’on devrait les pousser à plus de cohérence.

Que de toute manière les Lentillères ne sont ni une zone urbaine, ni une zone agricole, ni une zone naturelle, parce qu’elles sont déjà un QUARTIER LIBRE, et que si la mairie veut vraiment la mettre dans une case elle n’a qu’à créer une ZONE D’ÉCOLOGIES COMMUNALE pour respecter les vies et les luttes qui s’y construisent.

Alors viens soutenir le recours juridique des Lentillères contre la métropole !

Il y aura du café et peut-être même des crêpes…

Posted in Non classé | Comments Off on AUDIENCE AU TRIBUNAL POUR LE RECOURS DES LENTILLÈRES CONTRE LE PLUi ET SES ZONES À URBANISER

FÊTE D’AUTOMNE DES LENTILLÈRES 2021 : VENDREDI 22, SAMEDI 23, DIMANCHE 24 OCTOBRE

Les détails vont arriver, en attendant, on peut déjà vous annoncer les dates de la prochaine fête d’automne et vous donner un avant-goût de la programmation !

Le VENDREDI soir : la projection des premiers rushs du très attendu film des Lentillères et un bal trad avec le groupe Tabaniards.

Le SAMEDI en journée : de l’action, des discussions, une bourse aux semences, … et le soir: des concerts avec « Mauvaise Surprise », « Maudit Dragon » et des DJs sets.

Le DIMANCHE après-midi : des frites, une boum avec playlist participative, et un tournoi de ping pong.

Posted in Non classé | Comments Off on
FÊTE D’AUTOMNE DES LENTILLÈRES 2021 : VENDREDI 22, SAMEDI 23, DIMANCHE 24 OCTOBRE

Communiqué de soutien aux jardins d’Aubervilliers

A Dijon, le Quartier Libre des Lentillères, l’espace autogéré des Tanneries, le Cri des Terres, l’association des Ami.es des Jardins de l’Engrenage, apportent leur soutien à tou.te.s les jardinie.re.s et habitan.te.s d’Aubervilliers qui luttent contre les logiques destructrices et écocides menées par le Grand Paris.

Le 2 septembre dernier, la JAD (Jardins à Défendre) d’Aubervilliers a été expulsée. Il n’a fallu que quelques heures aux bulldozers et pelleteuses pour raser cabanes, arbres et jardins ; scènes de destruction que l’on peut facilement s’imaginer à Dijon, tant elles nous rappellent le ravage des jardins de l’Engrenage en avril et juillet derniers.
Dans la foulée, la ville d’Aubervilliers annonce le démarrage officiel des travaux, alors qu’un recours juridique déposé par des associations et jardinie.re.s doit encore être étudié.

La bétonisation n’attend pas…

Sur ce site, les 10 000 m2 de jardins ouvriers, cultivés depuis plus de 100 ans, sont menacés par la construction d’un gigantesque centre aquatique pour les JO de 2024. Le solarium, qui jouxterait la future piscine olympique, menace directement les jardins.
Au-delà de ce projet totalement aberrant, la logique de métropolisation impulsée par Grand Paris Aménagement, fait peser le risque de voir la totalité des jardins ouvriers d’Aubervillers et de Pantin disparaitre au profit de la construction d’une gare du Grand Paris Express, de quelques écoquartiers et d’un quartier de bureaux et d’hôtels.

Une fois de plus, les choix urbanistiques répondent ici à des exigences d’attractivité touristiques et économiques dans une vision court-termiste qui ne profitera aucunement aux habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis, mais uniquement aux prélats de la croissance et du béton. Encore une fois, aucune attention n’est portée aux populations locales, à leurs besoins en espace de respiration et de jardinage, à leurs envies de balades dans les bois et d’espaces de sociabilité potagère, à une idée du bien-vivre qui se réalise hors des lieux de consommation et de la course aux profits.

La JAD occupée depuis le printemps a été expulsée, mais la résistance aux projets démesurés qui menacent les jardins, les bois et les espaces naturels d’Aubervilliers se poursuit.

La lutte continue, à Aubervilliers, comme partout ailleurs !

On vous encourage à rejoindre la manifestation du 18 septembre à 10h30 devant la Mairie d’Aubervilliers.

Le Quartier Libre des Lentillères
L’espace autogéré des Tanneries
Le Cri des Terres
L’association des Ami.es des Jardins de l’Engrenage

Posted in Non classé | Comments Off on Communiqué de soutien aux jardins d’Aubervilliers

Dimanche 5 septembre – 19h – COMETBUS – Rencontre/lecture/apéro

40 ans cette année que Aaron COMETBUS écrit et publie des zines qui ont nourri la culture punk et DIY aux États-Unis et au-delà. Surtout connu dans la scène alternative, il sait, en quelques scénettes pleine d’ironie, dépeindre avec tendresse un monde aux accents de piraterie urbaine pas si lointain de celui qui s’éprouve au quotidien sur les Lentillères: musique, amitié, amour sont ses maîtres mots, mais ils y sont teintés des notes de la subversion et de la débrouille.



Venez profiter de sa tournée en France !



Charpente des Lentillères – 6 rue Amiral Pierre

Posted in Non classé | Comments Off on

Dimanche 5 septembre – 19h – COMETBUS – Rencontre/lecture/apéro

Chantier des communs aux lentillères

On vous invite du 18 au 27 aout à venir soutenir les lentillères en participant au Chantier des Communs.

C’est l’occasion de prendre soin du quartier ensemble, usager.e.s, jardinier.e.s, habitant.e.s, ami.e.s de passage, mais aussi de montrer notre détermination, nos savoirs faire, notre joie et notre autonomie à la mairie qui nous menace. C’est aussi l’occasion de venir passer du chouette temps ici si tu ne sais pas trop comment faire d’habitude, de rencontrer des gens autour d’un marteau ou d’un repas collectif.
Bref ça va être chouette, viens ! Rendez vous tous les jours à 9h au snack friche.

Posted in Non classé | Comments Off on Chantier des communs aux lentillères

TORDRE LE DROIT POUR DÉFENDRE LES LENTILLÈRES : LA ZONE D’ÉCOLOGIES COMMUNALE

Le 15 mai dernier, une prise de parole a été faite sous la charpente pour présenter la ZEC – Zone d’Écologies Communale : une proposition de création d’un nouveau zonage dans le Plan Local d’Urbanisme qui permettrait de rendre légale les multiples dimensions de la vie des Lentillères.

Parce que cette idée vient d’une longue réflexion, une brochure a été distribuée pour en transmettre les origines et les détails techniques, mais aussi les questionnements liées à nos rapport au droit.

Vous pouvez la télécharger ici : http://lentilleres.potager.org/uploads/2021/05/ZEC-la-brochure-reduit.pdf

Ou retrouver chacun de ses textes en suivant les liens de ce sommaire :

Introduction

1 / Pourquoi s’attaquer au PLU ? Genèse de la ZEC

2 / Pourquoi nous parlons d’Écologies et de Communale ?

3 / La Zone d’Écologies Communale – Règlement

4 / Quelques pistes pour défendre juridiquement la ZEC

5 / L’Aire des Quartiers Alternatifs de la Baraque, un exemeple de zonage élaboré par ses occupant·es

6 / Le droit et les territoires en lutte : quelques retours d’expériences

Posted in Non classé | Comments Off on
TORDRE LE DROIT POUR DÉFENDRE LES LENTILLÈRES : LA ZONE D’ÉCOLOGIES COMMUNALE

Retour sur la batî-festation du 15 mai

Batîr un jour, sans retour

Pour cette manif on est parti de la Place Wilson, vélo-plateau, batucada et tracteur rose en tête, pour finir aux Lentillères à célébrer la nouvelle charpente du quartier, mais aussi présenter la «Zone d’Écologies Communale» inventée par les usagèr.e.s.


200 personnes joyeuses et déterminées, de la pluie, comme un revival de la manifestation d’occupation du quartier 11 ans plus tôt.
De longs tissus sont aussi venus se nouer à un char qui représentait la charpente, histoire d’affirmer la multitudes de liens solides tissés par les Lentillères ces 11 dernières années.
Une fois devant la charpente deux discours ont été lu pour venir donner du sens à cette construction, et pour raconter ce que pourrait être une Zone d’Écologies Communale : un zonage inventé par les Lentillères qui permettrait de légaliser le quartier en en conservant toute les dimensions politiques!

Première prise de parole à propos de la charpente

« On est heureux.ses de pouvoir vous présenter le double résultat de notre grand chantier, sur lequel on a planché depuis l’abandon du projet d’écoquartier fin 2019.
Le premier résultat, c’est une réponse concrète, en dur : c’est ce nouvel espace collectif :
Un bâtiment pirate
Un hangar pour se réunir et s’organiser
Un lieu où stocker nos récoltes
Un espace pour les semences
Un ring pour nos galas de boxe féministe
Une dalle protégée de la pluie pour réparer nos outils
Une halle pour le marché
Une piste de roller derby
Une patinoire parce qu’on va continuer de lutter contre le réchauffement climatique
Une cabane punkbioclimatique
Un toit pour abriter le vide grenier du quartier
Une maison jardinière pour préparer les plans de culture et manger ensemble
L’arche de noé des lentillères

Un hangar à usage collectif pour organiser les activités agricoles

Depuis janvier, des collectifs et des individus des Lentillères, de Dijon, d’Ardèche, de Rhône-Alpes, de Longo Maï et de la ZAD de NDDL ont avec nous bûcheronné, coupé, tronçonné, squatté un hangar de chantier afin de tailler, monter et lever cette charpente traditionnelle en chêne.
Nous n’avons pas attendu que les projets hors-sol de la mairie aboutissent pour donner vie aux activités dont nous avons besoin, qui nous nourrissent et nous font rêver. Aujourd’hui, les projets aux Lentillères sont nombreux et réunissent toujours plus de monde. Pour maintenir des activités collectives, nous avons besoin d’un espace commun, qui sera bâti et soigné par tou.te.s les usagèr.es du quartier, pour renforcer les activités existantes ainsi que toutes celles qui vont s’inventer d’ici les prochaines années.
Car nous resterons.

Nous nous sommes demandé à quoi ressemblerait notre quartier dans 10 ans, vu qu’il n’allait pas finir sous le béton si l’on s’en tient aux déclarations du maire. Nous avons tenté de penser ensemble, chacun.e à partir de son point de vue, son usage, sa manière de se rapporter à ce lieu, ce dont nous avions besoin pour continuer à cultiver, habiter et nous à nous organiser sur ce territoire à long terme. Chercher à détruire cette construction, c’est attaquer des désirs collectifs, c’est s’en prendre à un long processus de mise en commun et d’auto-organisation. C’est aussi attaquer la possibilité d’un avenir commun sur ce quartier que nous défendons depuis 11 ans face aux projets mortifères de la métropole.
Nous la défendrons comme nous défendrons notre légitimité à continuer à prendre soin de ces terres, ensemble, longtemps.

Ça fait des années qu’on construit sur les Lentillères, et nous allons continuer à le faire. Si plein de formes de bâti ont été expérimentées de la récup aux rénovations de squats en passant par les caravanes et les roulottes; l’abandon du projet immobilier qui menaçait le quartier nous permet aujourd’hui de nous lancer dans une construction durable, pérenne, avec ses fondations et sa charpente levée pour les 100 prochaines années, au moins. Nos maisons sont pour la plupart déplaçables et pourtant nous nous sentons ancré.es dans ce territoire pour les années à venir. Nous continuerons de défendre la diversité des manières de bâtir et de vivre ici, car ce qui nous importe c’est la possibilité d’expérimenter et d’inventer un autre rapport à la ville et à la terre.

Construire aux Lentillères c’est s’accorder avec les usagères et les usagers du quartier, s’accorder avec sa géographie et sa diversité. Construire aux Lentillères c’est construire pour nous, chez nous. 
Nous qui nous promenons sur ces chemins, nous qui jardinons, nous qui n’habitons pas Dijon mais qui nous soucions l’avenir de cet endroit, nous qui jouons au bateau pirate, nous qui habitons ici, nous qui dansons dans la cour de la grange rose, nous qui traînons là au soleil.
Donc, lorsque nous construisons chez nous, nous devons composer avec quelque chose qui existait avant et cela engage notre responsabilité.
La logique de la mairie et des urbanistes est toute autre. Eux, ils ne construisent pas sur un espace qu’ils habitent physiquement et émotionnellement. Ils pensent des projets ex-nihilo et décident de les implanter là où dans leur vision uniquement économique et gestionnaire de l’espace il y a un vide à exploiter. Ils exploitent l’espace, les entreprises, les ouvriers pour mener à bien leur grands projets. L’enjeu ne se situe pas en amont du fait de construire, d’implanter et de transformer un espace existant. L’enjeu sera, au cours du chantier, de vanter les vertus de ce qui va venir se sceller dans le paysage. L’enjeu c’est de mettre plein de mots et d’images pour magnifier le processus en cours. Pourtant il suffit de regarder derrière les grilles de ces chantiers pour voir le carnage. Le bras de fer Engrenage versus Garden State en est la démonstration récente.
Cette charpente est le fruit de plusieurs mois de chantiers mais aussi de plusieurs mois de prises de tête, de discussions et de débats pour trouver au mieux comment l’implanter, comment l’orienter, comment et avec quoi la fabriquer, la tailler et l’assembler. Nous ne cherchons pas à être irréprochables selon une pensée écologique et idéologique qui serait radicalement décentrée de la vie. Nous cherchons à faire co-exister au mieux la pluralité des manières de vivre, des activités du quartier, le bâti, les espaces cultivés, les zones en friche, les humain.es et les non-humains.

Cette charpente est en chêne. Ces chênes viennent de Bourgogne. Ils ont été récoltés par des bûcherons, des bûcheronnes et des chevaux. Ils ont été transportés par deux gros camions et un tracteur. Ils ont été sciés par des gens, des outils et des machines. Ils ont été choisis, coupés et taillés pour enfin être assemblés selon les techniques de la «charpente trad’», chevilles, tenons, mortaises et tutti quanti. C’est compliqué d’invoquer la tradition sans tomber dans des logiques conservatrices. Pour nous, choisir la «charpente trad» c’était choisir de ne pas oublier des savoirs-faires qui ont traversé les époques. C’est montrer que nous nous sentons lié.es à ce qui s’est inventé avant nous. C’est montrer qu’on se veut autant les héritièr.es et les élèves de tous ceux qui nous ont transmis des choses, que des jeunes-gens-fous et curieux qui voudraient ré-inventer les techniques de la construction DIY avec des pneus et des canettes de bière. Nous sommes heureux.ses que le quartier grandisse à cet endroit d’ambivalence, entre le passé et le futur que nous désirons. Il grandit dans un présent où toujours plus de gens viennent nous apprendre ce qu’ils savent. Dans un présent, où d’autres viennent apprendre avec nous. 
Ce chantier a déjà donné la possibilité à plein de personnes à qui on laisse habituellement peu de place dans l’univers de la construction de se familiariser avec ces techniques. Dans les mois, les années à venir, nous continuerons à partager des savoirs-faires autour de ce bâtiment, à donner de l’autonomie à celles et ceux qui en sont dépossédées.
Il n’y aurait pas de charpente sans elles et eux. 
Cette construction a ravivé des liens et des soutiens partout, pour longtemps, et ce n’est qu’un début. »

Deuxième prise de parole à propos de la ZEC

« Le chantier que nous menons depuis plus d’un an ne s’est pas fait qu’avec des planches et des clous! Nous avons aussi beaucoup réfléchi à l’avenir du Quartier.

En novembre 2019, Rebsamen a annoncé : 

«J’abandonne le projet d’écoquartier! Par contre je fais des parcelles de maraichage individuelles, et il faudra s’inscrire dans un registre pour avoir un bail et j’expulserais ceux qui refuseront»

Et on avait répondu : 

«C’est mort! Ici on la joue collectif, ce quartier ne sera pas morcelé, il restera entier avec toutes ses activités!»

Il disait : 

 «L’illégalité doit cesser». 

Et on a dit : 

«Eh , ça ne tient qu’à toi Rebs, après tout, ce n’est pas nous qui décidons ce qui est légal ou pas! T’as qu’à changer la loi!»

Mais comme on avait pas complètement confiance en lui alors on a cherché des pistes de notre côté.
Ça n’a pas été facile parce que le droit tel qu’il est aujourd’hui, il a presque tout détruit de la possibilité d’habiter collectivement des territoires.
Alors, on a décidé de le tordre un peu, histoire de s’y faire une place!

On propose de créer des Zones d’Écologies Communale!
Ce serait un nouveau zonage dans le Plan Local d’Urbanisme!
Le Plan Local d’Urbanisme c’est ce dont se servent les métropoles pour gouverner les territoires. 
C’est un document qui décide ce qu’on peut faire des terres en créant différentes zones : agricoles, urbaines, naturelles et à urbaniser.
Ça crée des cases où tout est bien rangé : on sépare là où on vit, de là où on cultive, de là où on danse, de là où on se balade. 

Dans celui de Dijon qui vient d’être voté, 300 ha de plus vont être urbanisées, les zones commerciales et industrielles vont s’agrandir, le centre-ville va encore se densifier!
Et les Lentillères pour eux, c’est une Zone à Urbaniser!
Les mondes que nous construisons n’ont rien à voir avec ça! 
Il faut en finir avec les zones urbaines où l’on étouffe, les zones agricoles désertes et dévastées, les zones naturelles sous cloche, réservées au divertissement.

Sur les Lentillères, on ne peut pas privilégier un usage plutôt qu’un autre.
Les habitats permettent de garder un œil sur les cultures et de suivre le rythme imposé par le climat.
Les patates offrent la possibilité de nourrir des hordes affamées durant les fêtes, 
Le terrain de BMX ou le parc de la Villa permettent aux promeneur.euses de s’aventurer dans le quartier,
Les arbres et les friches qui acceuillent des dizaines d’oiseaux différents sont les mêmes qui offrent à nos caravanes de la fraicheur en été,
La hall du marché devient une piste de danse, la cantine collective se transforme en atelier rap.

C’est grâce à l’entremêlement de tous ces usages que ces terres ont été sauvées de la bétonnisation!
Sans les habitant·es et les jardinier·es, sans les fétard·es inépuisables et sans les camarades de jeux qui animent le quartier, nous n’aurions pas pu faire reculer la métropole ni redonner vie à ces précieux vestiges de la ceinture maraichère de la ville.
Nous continuerons à habiter ce quartier de milles manières, c’est ce qui en fait la richesse!

Bien sur, habiter de mille manières en même temps, ce n’est pas toujours facile. 
Parfois les envies sont contradictoires, et parfois on ne sait plus ce qui nous relie les un·es aux autres… Mais nous avons toujours choisi de discuter et de chercher des solutions ensemble, en prenant des décisions en assemblée.

La Zone d’Écologies Communale, c’est une tentative pour traduire tout ça dans le vocabulaire du droit.
Dans ce zonage, deux points sont fondamentaux :
1 : l’entremêlement des usages, c’est à dire qu’on ne peut pas prendre soin de son environnement sans y vivre ou sans y être lié matériellement. 
2 : l’organisation de la zone est confiée à une assemblée des usager·es composée de celles et ceux qui connaissent, aiment et dépendent du territoire.
Ce serait donc les différents usages du territoire, qui varient selon les époques et la composition de cette assemblée, qui primeraient sur la propriété privée.

L’écologie, pour nous, c’est faire attention aux interactions entre les différentes formes du vivant, c’est parler des liens et des interdépendances qui nous permettent et nous obligent à prendre soin de nous tou·tes, occupant·es et usagèr·es du quartier, humains ou non-humains, mais aussi de ce qui nous entoure, friches, terres maraichères, chemins et petits bois, etc. 
Le communal : ce qui est géré en commun. Ces communs sont une affirmation forte face à la propriété privée. Nous ne nous approprions pas les lieux, ni la terre, individuellement, nous en avons des usages collectifs! 

Nous ne détruirons pas tout ce en quoi nous croyons pour nous adapter au droit! 
la Zone d’Ecologies Communale n’a rien de farfelu ni d’utopique : le droit peut bien se tordre pour s’adapter à ce qui existe et à ce qui se pratique au quotidien, ici, au Quartier libre des lentillères. 

La Zone d’Ecologies Communale, ce n’est pas un modèle figé, ça ne prétend pas englober la totalité de ce qui se vit.
Mais ce pourrait être une brèche dans le droit, une façon de déborder les zonages et d’imposer aux politiques, aux urbanistes et aux juristes nos manières révolutionnaires de vivre et d’habiter la ville.

Nous ne cesserons jamais de vivre, 
de cultiver,
de construire 
et de danser aux Lentillères! »

Posted in Non classé | Comments Off on